Panneaux publicitaires

Panneaux publicitaires: une idée pas si lumineuse que cela!

07 03

Un nouveau gadget envahi nos routes départementales depuis quelques années : les écrans publicitaires numériques.

Un gaspillage énergétique

Energivore, un panneau publicitaire de 4m*3m consomme 3,36kwh1 ce qui équivaut à la consommation en électricité d’une famille de 4 personnes. Alors que l’on demande aux ménages de réduire leurs besoins énergétiques, ces panneaux sont un non-sens écologique. Cela sans compter l’utilisation de matériaux nécessaires à leurs constructions extrait dans des conditions sociales et environnementales déplorables.

Un facteur de surcharge cognitive

Ces panneaux sont une source de pollution visuelle en saturant le paysage et notre oeil d’images.

En effet l’être humain est attiré par le mouvement et ces écrans permettent de réaliser des publicités dynamiques sous forme de vidéos2. C’est une source de danger à proximité des routes car ils distraient l’attention des automobilistes.

Il devient impossible d’échapper à ces publicités qui nous poussent à consommer toujours plus et donc à accroître notre empreinte environnementale.

07 04

La pollution lumineuse

07 05

La pollution lumineuse est

le phénomène qui altère le cycle naturel jour/nuit. Ce phénomène est en constante évolution puisque la quantité de lumière émise la nuit à cru

de 94% depuis les années 1990 et le nombre de points lumineux de 89%5.

La pollution lumineuse affecte les organismes vivants et leurs écosystèmes en voici quelques effets : fragmentation des territoires des espèces, renforcement de la vulnérabilité de certaines proies (insectes) en les rendant plus accessibles aux prédateurs, modification des voies de déplacement des oiseaux migrateurs, modification des rythmes biologiques des végétaux et des batraciens, modifications de la communication des amphibiens, augmentation de la mortalité des insectes.

 

Un problème de santé publique

Alors que des études6 ont montré que les écrans perturbent le développement du cerveau des enfants, et que le gouvernement7 étudie une loin pour limiter l’installation de nombreux écrans publicitaires dans l’espace et les transports publics paraissent à contrecourant et posent un problèmes de santé publique, en particulier chez les plus jeunes. Les écrans sont considérés comme dangereux en particulier pour les enfants de 0 à 4 ans avec un impact retardant leur développement.

Extinction des feux

Depuis le 30 janvier 2012, les publicités lumineuses doivent être éteintes entre 1 h et 6 h du matin dans les unités urbaines de moins de 800 000 habitants. Dans celles de plus de 800 000 habitants (c’est le cas à Sénart qui est dans l’unité urbaine de Paris), les modalités d’extinction sont prévues par le règlement local (RLP) de publicité. (Article R581-35 du CE)

Pourtant cette loi souvent reproduite dans les RLP ne s’applique pas :

 aux affiches éclairées par projection ou transparence sur le mobilier urbain (abris-bus, kiosque à journaux, colonne porte-affiches…),

 aux publicités numériques sur le mobilier urbain, à condition que les images soient fixes,

 aux publicités numériques de surface exceptionnelle (50 m² maximum).

 

Pour quels intérêts ?

Si l’on demande l’avis aux citoyens, ceux-ci sont contre l’installation de ces dispositifs, mais bien souvent l’intérêt des publicitaires primes.

Afin de résister à cette pression publicitaire, les décideurs politiques doivent prendre conscience de l’importance de cette nouvelle pollution visuelle pour la population. Lors des réunions publiques et des enquêtes publiques pour les révisions de règlements locaux de publicité, prenez la parole et manifestez votre opposition à cette publicité intrusive.

07 06

Source : https://stop-pub.video/pourquoi/?pdf=30

1 http://www.outdoormedia.fr/product/Lumina

2 https://www.youtube.com/watch?v=pLhujCDoJgI

3 https://www.parisvox.info/2017/08/13/tribunal-administratif-de-paris/

4 https://www.alec27.fr/eclairage-sur-la-pollution-lumineuse/

5 http://www.espaces-naturels.info/pollution-lumineuse-et-biodiversite-enjeu-pour-ensemble-territoire

6 The Lancet Child & Adolescent Health Volume 2, Issue 11, Novembre 2018, Pages 783-791, Associations between 24 hour movement behaviours and global cognition in US children: a cross-sectional observational study, Jeremy J Walsh, Joel D Barnes, Jameason D Cameron, Gary SGoldfield, Jean-Philippe Chaput, Katie EGunnell, Andrée-AnneLedoux, Roger LZemek, Mark S Tremblay.

7 http://www.senat.fr/espace_presse/actualites/201811/lutter_contre_lexposition_precoce_des_enfants_aux_ecrans.html