Lettre au Président de la Communauté d’Agglomération de Grand Paris Sud

Le collectif associatif a écrit au Président de la Communauté d’Agglomération de Grand Paris Sud (9 juin 2020)

« Monsieur le Président,

L’humanité subit une crise sanitaire sans précédent.

Le confinement de deux mois, imposé à l’ensemble de la population à quelques exceptions près, notamment, des personnels soignants, des services à la personne et des commerces de premières nécessité, suivi d’un long déconfinement en cours, auront des conséquences sociales et économiques encore non mesurables au moment où vous recevrez ce courrier.

Concernant plus particulièrement Grand Paris Sud Seine-Essonne-Sénart, plusieurs sujets demeurent en suspens, et vous comprendrez notre interrogation à l'égard de sa gouvernance depuis le début du confinement où, suite au premier tour des élections municipales, dans un contexte d’abstention record, tous les conseils municipaux de l’agglomération ne sont toujours pas installés.

La crise sanitaire a rappelé l’imbrication totale des dimensions sociale, économique et environnementale. Il est incontestable que le développement anarchique de nos communes, depuis si longtemps, n’a pas facilité la vie de nos concitoyens, notamment pour répondre :

  • Aux demandes de consommation de produits locaux, essentiellement alimentaires ;
  • Aux besoins d'accueil hospitalier avec particulièrement une capacité insuffisante de lits de soins intensifs ;
  • Aux besoins de déplacements avec des transports en commun inadaptés aux relations domicile-travail ; une absence de développement des mobilités actives à l’échelle du territoire, malgré les dispositions de la loi LOM et les préconisations proposées par le Cerema pour l'aménagement de pistes cyclables provisoires.

Nous ajouterons à cette liste :

  • La question majeure de la transition sociale et écologique ;
  • L'impact des outils réglementaires tels que les SDRIF, SCOT ou PLU(i) dont disposent les collectivités territoriales. Ces documents sont dorénavant inadaptés face aux enjeux révélés par la crise sanitaire révélatrice du fossé qui sépare intentions et réalités vécues.

A cet égard, l’absence de suite donnée à notre proposition d’Assises du Développement Durable symbolise les « bonnes intentions » des élus en décalage avec les réalités de la vie quotidienne de la population auxquelles on ne se confronte pas.

Les sujets que nous débattions, jusqu’au déclenchement de la pandémie, en particulier le PCAET et le SCOT restent d’actualité et en parfaite adéquation avec nos préoccupations et la nécessité absolue d’associer vraiment les habitants. La confusion, trop souvent, entre démocratie élective et démocratie représentative accentue cette nécessité.

C’est dans cet esprit que nous souhaiterions obtenir de votre part des réponses sur la nouvelle gouvernance de GPS et vous exprimer, par ailleurs, notre volonté de pouvoir débattre et formuler des propositions, avec l’ensemble des institutions qui constituent la communauté d’agglomération, particulièrement sur les sujets abordés dans ce courrier.

Restant à votre disposition pour poursuivre nos échanges, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de nos sentiments respectueux.

Le Collectif Grand Paris Sud Ecocitoyen

Date de dernière mise à jour : 28/06/2020

×