Créer un site internet

La transition écologique

Les enjeux de la transition écologique: la population, grande absente des débats?

Dans le numéro daté mai/juin du journal de l’agglomération, il est annoncé la signature d’une convention partenariale sur trois ans pour le climat, avec l’organisation non gouvernementale WWF France : https://data.grandparissud.fr/explore/dataset/deliberation-de-grand-paris-sud/files/a64f39ddb331eff5784197a0dd6afb7b/download/

Cette convention a été adoptée par délibération du Conseil communautaire de février dernier, elle doit être signée courant juin.

Nous allons donc voir souvent le sympathique petit panda se promener dans les supports de communication de l’agglomération. Cependant, il semble que le démarrage de ce partenariat subit quelques retards.

La convention d’application 2019 prévoyait une « journée de mobilisation et d’idéation » (sic !) se déroulant pendant la Semaine du Développement durable (30 mai/5 juin), laquelle à notre connaissance ne s’est pas tenue. Cette journée devait prendre la forme d’un « hackathon », version 2.0 des classiques brainstormings un peu vieux jeu maintenant (C’est le nouveau « parler panda », il va falloir s’y faire !).

La convention en fixait l’objectif :

Ledit programme d’actions du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) de l’agglomération a déjà été élaboré dans la phase de concertation précédente, concertation que nous avions jugée très limitée et extrêmement encadrée (cf. nos numéros précédents). Il ne resterait donc qu’à adhérer à un programme dont la définition n’a pas été antérieurement soumise à la population.

La convention d’application nous annonce aussi vouloir encourager l’émulation des acteurs par l’organisation de « Défis de la transition écologique et sociale » récompensant les initiatives vertueuses en lien avec les axes stratégiques du PCAET. Ce genre de concours de beauté est-il à la hauteur de l’urgence du défi que nous pose le climat malmené ? Heureusement, la convention précise que « les initiatives primées pourront faire l’objet d’une réflexion spécifique pour un changement d’échelle et leur massification », ceci à l’occasion de la Semaine du Développement Durable 2020… Nous pensons quant à nous que le climat, vu nos comportements, n’attend plus telle ou telle semaine pour faire des siennes et que par conséquent le changement d’échelle s’impose tout de suite !

Par ailleurs, la convention nous informe que WWF accompagnera l’agglomération dans l’élaboration du Schéma de Cohérence Territorial (SCoT), le Programme Local de l’Habitat, les écoquartiers, « en lien avec les référentiels d’aménagement durables de WWF ». Et les référentiels des habitants, on en fait quoi ?

Enfin, la convention se propose de « mobiliser les élus de l’agglomération et des communes autour de l’élaboration et de la mise en oeuvre du programme d’action du PCAET », ce qui, pour le coup, est un vrai défi, vu le peu d’empressement des communes de l’agglomération à s’emparer jusqu’à présent de ce sujet, la plupart du temps absent des journaux municipaux… Faudra-t-il choisir entre urgence climatique et urgence électorale ? Et si, comme nous le pensons, l’un ne va pas sans l’autre, il faudra bien que la question soit posée pendant la campagne électorale du printemps prochain…

Un partenariat GPS/WWF bien ronflant donc, mais qui ne déroge pas à l’inclinaison de l’agglomération pour une démarche qui reste technocratique, matinée de recettes managériales à la mode. Il faut rappeler qu’un territoire n’est pas une entreprise et qu’on ne mobilise pas les habitants avec les ficelles du « teambulding », pour parler panda !

Joue-t-on un tour PANDAble à l’expression et à la mobilisation de le la population ?

Date de dernière mise à jour : 13/02/2020

×