Démocratie participative, une fiction épistolaire ?

Après la mise en place du nouvel exécutif de la Communauté d’agglomération Grand Paris Sud, retardée par le report du 2ème tour des municipales en juin, notre collectif GPSE a souhaité prendre contact avec la nouvelle équipe.

Nous avons donc écrit le 11 juillet au Président de GPS Michel Bisson pour lui demander une rencontre sur les sujets environnementaux et de cadre de vie que nous portons depuis la création de notre collectif en 2016 (cf. les épisodes précédents dans notre Lettre « l’Ecocitoyen déchaîné » sur notre site Internet).

Celui-ci nous a répondu le 7 août, en nous renvoyant surtout vers les vice-présidents chargés de la transition écologique (Philippe Rio) et de la démocratie participative (Aurélie Gros). Nullement découragés, nous avons donc demandé une entrevue à Philippe Rio dans notre courrier du 15 septembre dernier. Vous trouverez ci-dessous ces échanges épistolaires, restés pour l’instant sans écho. Certes la crise sanitaire actuelle perturbe le fonctionnement habituel des collectivités territoriales, avec des urgences à gérer, mais de même que le monde associatif, elles ont appris à travailler à distance en visioconférence, par exemple. Les commissions préfectorales où sont représentées les associations environnementales peuvent quand même ainsi se tenir. Nous sommes donc très interrogatifs, c’est un euphémisme, face à ce silence radio de la part de la Communauté d’agglomération.

Dans sa lettre du 11 juillet, Michel Bisson nous annonçait pour septembre un « temps de concertation grand public », concrétisant les « conférences citoyennes » présentées dans le journal de l’agglomération été 2020. Il n’en fut rien et depuis, nous attendons vainement de la part de l’exécutif de l’agglomération des propositions sérieuses de concertation avec les associations et la population.

L’instance officielle consultative de l’agglomération, le Conseil de Développement, semble lui-même en panne. Cette situation n’est pas de bonne augure, dans un contexte où le très fort taux d’abstention aux dernières municipales interpelle sur la qualité de la démocratie représentative dans notre pays. L’exécutif et les élus de la Communauté d’agglomération ne sont pas seulement des gestionnaires de la chose publique territoriale, ils doivent se dégager de l’entre soi pour aller vers la population.

Date de dernière mise à jour : 11/12/2020

×