Assises du DD

Pour des assises du développement durable

Le changement climatique, la perte de biodiversité, la mauvaise qualité de l’air, l’utilisation de pesticides de synthèse, … la liste serait trop longue !

Lors des marches pour le climat et des manifestations des lycéens un thème revient : « Changeons le système, pas le climat ! »

L’urgence est prégnante et il est du devoir de chacun d’agir !

S’il ne s’agit pas de dédouaner tous les acteurs de leur responsabilité, il faut cependant constater que les élus ont une responsabilité particulière car à travers leur action publique, ils ont le pouvoir d’agir et de montrer qu’il est possible de changer des choses.

La commune, la communauté d’agglomération peuvent devenir les vitrines du possible et de l’imagination en matière de développement durable.

Aujourd’hui les impacts « écologiques » touchent tout le monde avec une plus forte acuité pour les populations les plus défavorisées.

Le développement durable, il faut le rappeler s’articule autour de l’écologique, du social et de l’économie et nécessite une nouvelle gouvernance.

06 01

 

Il est donc nécessaire de construire, en matière de développement durable, une vraie dynamique de territoire qui ne se cache pas derrière des mots, des faux projets écologiques, des démarches à but « verdissant », des sigles ou des consultations « rachitiques ».

Il n’est pas envisageable que sur ce sujet, transversal et essentiel pour les générations futures, que les habitants de Grand Paris Sud, ne soient pas sensibilisés, consultés, écoutés.

Une dynamique de territoire doit être créée au sein de l’agglomération de Grand Paris Sud, en matière d’expression de la population sur des modèles comme l’Agenda 21, le Grand débat national, …

Chaque grand domaine devra être traité et une cohérence globale validée.

L’Agenda 21, plan d'action pour le XXIe siècle qui a été adopté lors du Sommet de la Terre qui s'est déroulé en 1992 à Rio de Janeiro (Brésil) peut, complété, servir de fil conducteur.

Citons notamment la lutte contre la pauvreté, la santé, l’éducation, le logement, les pollutions, la gestion des ressources en eau et l’assainissement, l’agriculture et l’alimentation, la gestion des déchets, la transition énergétique.

Nous demandons donc la création d’assises du développement durable au sein de la communauté d’agglomération. Nous sommes prêts à contribuer à leur mise en oeuvre.

Mettre le territoire en mouvement, avec les difficultés que l’on peut imaginer, serait à l’honneur des élus et dans l’intérêt des générations futures.

Espérons que le sens des responsabilités l’emportera sur la facilité de petits (ou gros) coups de peinture verte ! Quand la peinture s’écaille, la réalité revient.

Nous voudrions être confiants.

 

PS : une première démarche serait de soumettre toute décision, pour qu’elle soit validée, au « crible » du développement durable

Date de dernière mise à jour : 13/02/2020

×