Agglomération « nourricière » et vergers vivants, même combat ?

Imbroglio politico-administratif autour des parcelles de vergers situées aux limites de Lieusaint et Saint Pierre du Perray. 3000 arbres fruitiers en pleine forme sur plus d’un hectare étaient exploités depuis de nombreuses années par un arboriculteur professionnel qui vendait sa production aux particuliers. Ce dernier a cessé son activité l’an dernier et une association s’est créée pour continuer à entretenir et valoriser ce verger. Pour cela, elle a conclu une convention temporaire avec l’Etablissement Public d’Aménagement de Sénart (EPA Sénart), propriétaire des terrains :

https://www.vergersvivantslieusaint.com/le-verger/

L’EPA Sénart, dont la vocation d’aménageur n’est pas a priori la culture des pommes et des poires, a commercialisé ces terrains et les a vendus à la société SPIRIT afin d’y construire une zone d’activités. Une première partie de ce projet de Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) a déjà été réalisée. Elle doit se poursuivre en 2021, provoquant ainsi la disparition progressive de l’essentiel de ce verger.16 0216 03???????

Lundi 15 et mardi 16 février dernier dans la matinée, les pelleteuses sont entrées en action pour arracher comme prévu trois rangées d’arbres fruitiers situés pour leur malheur dans une des parcelles de la future ZAC. Il s’agit des prémisses de la disparition annoncée de ce verger.

L’opération a été bloquée par la mobilisation expresse sur place des membres d’associations locales, lesquels, après avoir reçu la visite des gendarmes, se sont rendus dans les locaux de l’EPA à Savigny-le-Temple (77), afin de demander des explications. Le Parisien et La République de Seine et Marne se sont fait l’écho de cette initiative.16 04???????

×