Réponse de la liste Réau Ensemble

ELECTIONS MUNICIPALES 2020 

Quel territoire « durable » aujourd’hui et demain ?

Quelle transition écologique ?

Questionnaire du collectif associatif [GRAND PARIS SUD ECOCITOYEN]*

aux  candidats se présentant dans les communes

de la Communauté d’Agglomération Grand Paris Sud

 

Notre territoire est dans l’urgence …Le temps est celui de l’action ! Notre Communauté d’Agglomération doit être un acteur prépondérant de la transition écologique, vers un nouveau modèle environnemental, social et économique. 

Pour la première fois en 2014, lors des dernières élections municipales, les candidats pressentis pour siéger au Conseil communautaire d’Agglomération ont été désignés (« fléchés ») par chaque liste se présentant.

Notre collectif considère donc que la campagne électorale qui s’ouvre au printemps 2020 ne doit pas concerner seulement les enjeux communaux.

Cette période doit être aussi le temps :

  • du bilan de l’action de la Communauté d’Agglomération menée pendant ce mandat 2014/2020 ;
  • de la prise d’engagements communautaires précis sur lesquels les candidats qui se présentent, s’engagent et sont prêts à agir.

Ce questionnaire, qui s’attache principalement aux sujets de la responsabilité de la communauté d’agglomération, est donc destiné à permettre à chaque liste se présentant dans les 23 communes de l’agglomération de faire connaître :

  • leur appréciation du mandat communautaire qui s’achève ;
  • leur projet politique pour l’agglomération durant les six prochaines années.

Les réponses seront rendues publiques quelque temps avant la clôture de la campagne,  de façon à ce que chaque citoyen et électeur puisse accorder ses suffrages en toute connaissance et en toute clarté. Merci de bien vouloir répondre aux questions qui suivent :
 

 

 

AMEGAGEMENT DU TERRITOIRE

  • Quel bilan faites-vous de la politique d’aménagement du territoire menée par votre commune ET par la communauté d’agglomération durant le mandat qui s’achève ?

S’agissant de la commune, plusieurs programmes ont vu le jour : 3 lotissements d’environ 15 lots et une opération plus importante de réhabilitation d’une ancienne ferme en centre bourg associée à une construction de logements collectifs neufs. C’est un programme fortement encouragé par la municipalité dans le sens ou il va permettre de réimplanter des commerces de proximité à Réau.

Sur le plan économique, le mandat a vu la montée en puissance du parc de l’A5, parc prévu de longue date (création votée en Janvier 2008…)

S’agissant de la communauté d’agglomération, il est difficile d’en dresser un bilan, sachant que son périmètre a changé en janvier 2016, en cours de mandat.

  • Quelle est votre position sur l’établissement d’un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) ? 

La politique en matière d’urbanisme est sans doute le premier marqueur d’une équipe municipale et de son Maire. Nous considérons donc que l’élaboration des documents d’urbanisme communaux doit rester une compétence de la municipalité et ne sommes en conséquence pas favorables à l’établissement d’un PLUI.

  • Quelle est votre position sur le rôle et le contenu du Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) ?

Le SCOT est un document qui a du sens au niveau intercommunal. Il est important que nous soyons présents lors de son élaboration et son suivi. Pas de remarques particulières sur ce point.

  • Quelle politique mettrez-vous en œuvre :
  • aux niveaux communal et communautaire à propos des Zones d’Activité et zones commerciales existantes ou en projet ?

La commune de Réau a connu un développement économique important avec le parc d’activités de l’A5. Ce parc, dont la création a été voté en janvier 2008 (donc il y a plus de deux mandats) a toujours été prévu pour héberger des activités de logistique. La logistique a désormais pris une place importante sur le territoire de GPS, et de Sénart en particulier. Il nous faut probablement « faire une pause » et valoriser notre territoire avec des activités à plus forte valeur ajoutée (industrie, tertiaire, petites activités). Reconnaissons néanmoins à la logistique la vertu d’offrir des emplois, notamment aux moins qualifiés de nos habitants, femmes ou hommes.

Un des enjeux fort du prochain mandat est probablement le développement économique de Villaroche. L’ensemble des élus concernés ont affiché une position claire : un faible développement du trafic aérien, un développement économique axé sur l’aéronautique, les activités technologiques et l’industrie.

 

 

  • en matière de développement/densification de l’habitat  (cf. circulaire ministérielle 29 juillet 2019), pour une agglomération soutenable ?

Les différentes études d’attractivité montrent qu’il existe une demande pour l’habitat individuel. La commune de Réau se prête bien à cette typologie de logements, par son caractère rural. Réau devrait connaître la création de la ZAC des Prés neufs, qui sera un « mix » de petits collectifs et logements individuels.

Il existe un impératif de 35 logements à l’hectare minimum pour notre commune. Nous considérons que la densité globale de l’opération ne devra pas dépasser 40 logements à l’hectare.

  • en matière de protection des populations contre les risques naturels et technologiques ?

A ce jour, aucun site Seveso n’est présent sur le territoire de la commune, mais il en existe depuis longtemps autour de nous. Nous ne souhaitons pas que de nouveaux sites classés Seveso se développent autour de nous. A ce jour, les produits stockés dans le parc de l’A5 ne sont pas des produits dangereux. Nous veillerons à ce que les futures implantations n’en stockent pas non plus.

 

COMPETENCES DELEGUEES

  • Quelles seraient, selon vous, les compétences de la communauté d’agglomération à mutualiser obligatoirement, optionnellement ? »

Beaucoup de compétences ont d’ores et déjà été mutualisées, et c’était sans doute judicieux de le faire (éclairage, électricité, etc.). Nous ne sommes pas favorables à davantage de mutualisations à ce stade. Les communes doivent conserver un minimum de capacité d’agir.

  • Quelles compétences nouvelles voudriez-vous affecter à la Communauté d’Agglomération ?

A ce stade aucune compétence particulière, mais s’il s’avérait qu’un transfert de compétence soit judicieux et permette d’apporter un meilleur rapport service/prix à nos habitants, alors nous ne pourrons qu’y être favorables.

 

ECONOMIES D’ENERGIES –LUTTE CONTRE LES GAZ A EFFET DE SERRE (GES)

 

  • Quel bilan faites-vous de la politique de votre commune ET de l’agglomération en la matière ?

N’étant pas en charge de cette compétence à l’agglomération, je ne répondrai que sur le volet communal.

La commune améliore progressivement la performance énergétique de ses bâtiments communaux et de ses équipements consommateurs d’énergie. C’est ainsi que, dans le mandat précédent, nous avons remplacé 80% de l’éclairage public de la commune par un éclairage à Led et que nous avons remplacé toutes les menuiseries de la salle des fêtes ainsi que son chauffage.

 

  • Comment évaluez-vous l’impact du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) adopté par le Conseil communautaire sur votre commune ? Sur l’agglomération ?

Il est trop tôt pour le dire. Nous pourrons en dresser le bilan que dans quelques années, lorsqu’il aura produit ses effets.

 

 

  • Quelle politique mettrez-vous en œuvre en matière :
    • d’économie d’énergie (chauffage, isolation, consommations énergie, etc.) dans les bâtiments publics, dans les logements sociaux et privés ?

Comme indiqué précédemment, la commune améliore progressivement la performance énergétique de ses bâtiments communaux et de ses équipements consommateurs d’énergie.

Nous allons poursuivre dans cette voie, en atteignant fin 2020 un taux d’éclairage Led proche de 100%.

Nous avons un projet de nouvelle mairie et d’extension de l’école pour lesquels nous seront attentifs aux performances énergétiques.

 

  • de mobilités ?

Développer les modes doux est une préoccupation permanente. Nous avons prévu de créer de nouvelles voie piétonnes et cycles, afin de réduite la place de la voiture, en particulier pour les petits déplacements (se rendre dans les commerces, à l’école ou à la mairie par exemple).

Nous avons déjà implanté des équipements de stationnement pour les vélos, très prisés des collégiens et lycéens des hameaux, qui peuvent ainsi accéder plus facilement à la desserte en transports en communs du bourg.

Nous participerons à l’aménagement des espaces publics avec pour objectif de permettre un arrêt de la ligne de bus 51 au nord du bourg.

  • de transports de marchandise, intra et extra communautaire ?

Nous ne sommes pas souvent aux commandes en la matière mais nous faisons de notre mieux pour participer activement aux décisions communautaires, ou à celles de l’EPA Sénart. C’est ainsi que le barreau de contournement du parc de l’A5 verra le jour en 2020, déplaçant le trafic des poids lourds et des véhicules légers extérieurs à la commune vers des voies appropriées. 50% du trafic que connait actuellement la commune devrait ainsi se reporter en dehors, sur des axes mieux dimensionnés.

Si nous regrettons comme beaucoup la place trop importante de la logistique sur notre territoire, nous nous félicitons de plusieurs avancées visant à réduire les pollutions : Nous encourageons l’implantation d’un station de GNV (voir bio GNV) dans le parc de l’A5 (elle verra le jour dans les mois ou années qui viennent, l’implantation de panneaux photovoltaïques en toiture d’entrepôts logistiques (nous avons obtenu que la future plateforme de messagerie portée par Barjane soit recouverte à 45% d’une centrale photovoltaïque, et nous félicitons de l’utilisation par C-discount d’une ligne d’emballage permettant de réduite à sa portion congrue l’emballage d’un produit, permettant ainsi de ne plus transporter du vide, et donc de réduire de 30% le nombre de camions transportant ces produits.

  • de réduction/gestion des déchets ?

Il s’agit d’une compétence intercommunale, pour laquelle nous nous impliquons en relai de communication

 

 

BIODIVERSITE TRAME VERTE  BLEUE NOIRE

 

  • Quel bilan faites-vous de la politique de votre commune ET de la communauté d’agglomération en la matière ?

La commune doit mettre son PLU en révision dans les mois qui viennent. La question des trames sera abordée à cette occasion.

S’agissant de la biodiversité, nous prévoyons de mettre en œuvre une gestion différenciée des espaces publics.

La commune n’utilise déjà plus de produits phytosanitaires depuis plus de deux ans pour le traitement des espaces publics communaux.

Nous prévoyons d’initier une démarche pédagogique auprès des habitants et acteurs locaux sur le sujet de la biodiversité.

Curieusement, il semble que le bilan du parc de l’A5 en matière de biodiversité soit positif.

L’EPA a planté l’équivalent de 9 hectares. On peut toujours se demander s’il était judicieux d’utiliser du foncier agricole pour réaliser des espaces verts. Il en va du bien-être des salariés.

Trouver le meilleur équilibre entre consommation de terres agricoles et qualité de vie des salariés des parcs d’activité sera un enjeu pour le développement économique futur.

 

 

  • Quelle politique mettrez-vous en œuvre en matière :
    • de gestion  de la ressource en eau ?

Nous essayons de favoriser l’infiltration des eaux de pluie à la parcelle chaque fois que cela est possible (Nous avons créé un petit parc de stationnement avec des places en « evergreen » par exemple)

  • de protection de la trame verte, bleue, noire (lumineuse) ?

Pour les trames, nous l’étudierons dans le futur PLU. Pour ce qui est de la pollution lumineuse, la généralisation de la led a considérablement réduit la pollution lumineuse. Nous avons également mis en place un abaissement du niveau d’éclairement la nuit.

  • de protection de la faune et la flore ?

Principalement la mise en place d’une gestion différenciée des espaces verts.

Nous réfléchissons également à l’éco-paturage pour certaines zones.

 

RESERVES FONCIERES AGRICULTURE

 

  • Quel bilan faites-vous de la politique de votre commune ET votre agglomération en la matière ?

Nous devons collégialement être plus économe de foncier, en particulier s’agissant de la création des parcs d’activités économiques. C’est une demande forte du monde agricole, qui est légitime. Je ne dis pas qu’il faut arrêter tout développement économique, mais lorsqu’un projet existe (comme le développement autour de l’aérodrome de Villaroche par exemple), nous devons avoir une démarche d’aménagement plus moins consommatrice que ce qui se fait actuellement.

Sur le plan du logement, il me semble que tout est fait pour minimiser l’utiliser du foncier agricole, tout en produisant des programmes agréables à vivre.

 

  • Quelle politique mettrez-vous en œuvre  en matière :
  • d’évolution des modèles agricole en vigueur sur notre territoire ?

Nous respectons tous les agriculteurs présents sur le territoire. Evoluer vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement est une préoccupation, y compris du monde agricole, mais cela occasionne souvent des coût importants, des pertes de rendement, et nous devons laisser aux agriculteurs un peu de temps pour adapter les pratiques et les outils de travail.

Nous avons également une politique volontariste dans le cadre de la transition énergétique. C’est dans ce cadre que nous avons modifié notre PLU afin de rendre possible l’installation d’un méthaniseur porté par le monde agricole.

 

de structuration d’une filière agro-alimentaire de proximité sur notre territoire ?

Nous n’avons pas de politique particulière, mais nous participerons aux discussions au sein de Grand Paris Sud sur ces sujets.

 

  • de gestion du foncier agricole et forestier ?

J’ai largement répondu sur le foncier agricole dans les questions précédentes.

Pour ce qui est du foncier forestier, nous en avons peu et souhaitons le conserver, et même replanter certaines zones rendues non utilisables pour l’agriculture.

 

PARTICIPATION CITOYENNE, INCLUSION

 

  • Quel bilan faites-vous de la politique menée par votre commune, la communauté d’agglomération, en matière de participation citoyenne, d’inclusion sociale, économique et environnementale ?

Nous avons des marges de manœuvre en matière de participation citoyenne, d’autant plus que, pour la deuxième fois consécutivement, les habitants n’auront pas de choix lors des élections municipales à Réau. Il sera de notre devoir d’être à l’écoute de nos habitants.

Nous avons déjà créé un conseil municipal des jeunes dans le mandat précédent.

Nous avons un CCAS qui évolue au gré des demandes.

 

  • Quelle politique mettrez-vous en œuvre  en matière :
  • de création, de développement de dispositifs de participation, d’initiative citoyenne, de concertation effective, de co-construction dans l’ensemble des domaines d’action de l’agglomération ?

Dans le cadre de la définition du projet de ZAC des prés neufs, nous avons mis en place des ateliers citoyens pour associer les habitants de la commune.

Nous le ferons potentiellement sur d’autres sujets.

 

 

  • de politique associative locale et territoriale ?

Le tissu associatif de la commune est bien développé compte tenu de la taille de Réau. Nous continuerons de l’accompagner au cours du prochain mandat.

 

  • de précarité énergétique des populations ?

Notre CCAS verse une aide financière aux personnes âgées qui ont une charge difficile à supporter en terme de dépenses d’énergies.

 

  • de soutien aux emplois tournés vers la transition écologique du territoire ?

Je pense que c’est plutôt du ressort de l’intercommunalité.

 

  • Pour garantir la soutenabilité de l’agglomération, quelles sont vos propositions en matière de gouvernance, de la mise en œuvre de ses compétences, du lien et de la coopération entre les communes et l’agglomération ?

Nous sommes favorables à une plus grande association des élus communaux aux groupes de travail intercommunaux. Cela rejoint la volonté des élus intercommunaux.

 

 

 

Vos réponses à ce questionnaire sont à retourner à l’adresse mail du collectif :

gpsecocitoyen@gmail.com

 

Elles seront mises en ligne sur notre site web dédié à cet effet, au fur et à mesure de leurs arrivées :

http://gpse.e-monsite.com/

 

 

*[GPSE], Qui sommes-nous ?

 

 

 

Suite à la création début 2016 de la nouvelle agglomération Grand Paris Sud / Seine-Essonne-Sénart, des associations d’Essonne et de Seine-et-Marne agissant, dans ce périmètre, sur les questions locales de défense de l’environnement, du cadre de vie, de la promotion du développement durable, ont décidé de constituer ensemble un collectif associatif intitulé [Grand Paris Sud  Eco citoyen].

 

Ce collectif a pour objectif  de faire entendre, au prisme du développement durable, une voix de la société civile, citoyenne et associative, pour toutes les questions qui détermineront les politiques mises en œuvre par cette nouvelle agglomération, maintenant comme dans les années à venir : développement économique, emploi, logement, transports, urbanisme et équilibre du territoire, environnement, ….

 

Notre démarche se veut citoyenne car elle entend contribuer à une démocratie citoyenne vivante, favoriser des formes nouvelles de participation démocratique en donnant toute sa place à la société civile. Nous engageons les élus de la nouvelle agglomération à en faire vivre les conditions.

 

Notre objectif se veut aussi éco citoyen car nous souhaitons contribuer à la création d’un territoire durable plus respectueux des ressources naturelles, des populations, de l’environnement et du cadre de vie.

 

(GPSE publie une lettre régulière : l’Ecocitoyen déchaîné, dont les 11 numéros déjà parus sont accessibles sur notre site WEB.)

 

 Les associations membres du collectif Grand Paris Sud Eco citoyen

   ADE (Association de Défense de l’Environnement de Sénart et environs),  ARNASSEN  (Association pour la reconnaissance de Noisement…), C-E-E (Corbeil-Essonnes-Environnement), DDNA  (Développement durable Notre avenir), EVRY Sud, EVRY Village, SEE (Soisy-Etiolles-Environnement).

 

*nos associations sont membres du réseau France Nature Environnement 77 et 91.